Accueil > Conseils de lecture > Plats du jour > Ville de nuits

Ville de nuits

jeudi 17 octobre 2013, par Gérard Lambert - Ullmann

Ce n’est pas une lecture pour les « Fleurs bleues » car ce recueil de nouvelles se termine sur la description flamboyante d’une soirée dans un club sado-maso et plus si affinités. Mais si vous ne savez pas trop quoi lire en attendant l’orage, je vous le conseille, parce qu’il y a aussi « Bella ciao, Coco » et Marguerite qui finira mal le dimanche, et « Les pauvres ne se lavent jamais le lundi », entre autres histoires dures et tendres à la fois. Toutes imprégnées de l’humanité tentant de survivre dans ce monde méchant et toutes contées dans une langue à la hauteur du propos : « Marco, ersatz début de siècle d’un Daniel Guichard permanenté, en noir, médaillon d’argent sur la poitrine, salut, tu vas bien, tu verras c’est top ce soir, gardait un œil en coin sur le tiroir caisse et les clients, quelque chose comme Lucide in the skaï… »

L’éditrice étant « indépendante » c’est-à-dire traitée comme inexistante par les « majors », ne vous attendez pas à trouver ce bouquin à côté de Musso et Harlan Coben dans les têtes de gondole de la « grande distribution ». Demandez plutôt à un libraire, là où il en reste, de vous le commander.

Thierry Crifo, Ville de nuits, Rue du départ, 10 €
contact@ruedudepart-editions.com