Accueil > Actualités > Prix Loin du marketing

Prix Loin du marketing

Neuvième édition

mardi 22 août 2017, par Gérard Lambert - Ullmann

Comme son nom l’indique, le prix Loin du marketing est voué à honorer un écrivain dont les éditeurs n’ont pas les moyens de se payer placards en chêne dans la presse pipeule, attachées de presse aux jolies menottes, cocktails aux tam-tams et dîners de connivence, renvois d’ascenseurs et de monte-charges, et, donc, ont peu de chances de voir leurs livres chroniqués dans les médias, et moins encore d’être invités par les bonimenteurs des radios et télés, pas plus que d’intéresser la plupart des libraires l’œil scotché sur le compteur des « meilleures ventes » et contraints de « faire du chiffre » pour payer le loyer.

Le prix Loin du marketing est donc voué à honorer un écrivain qui n’a pas bénéficié des stratégies conçues pour que ça marche et qui ne peut compter que sur la qualité de ses écrits pour qu’on s’y intéresse.

Le prix Loin du marketing sera décerné chaque année le 15 août pendant le sommeil des commerciaux.

Le prix Loin du marketing est un prix strictement honorifique. Son lauréat sera au mieux gratifié d’une bonne bouffe arrosée à sa convenance s’il s’aventure jusqu’à Saint Nazaire. Sa seule récompense sera de pouvoir dire : c’est moi qui l’ai mérité !

Le neuvième prix Loin du marketing a été attribué le 15 août 2017
à François Thibaux pour l’ensemble de son œuvre.

« De moi, homme de peu, nul ne dit rien » déclare un personnage des Rois barbares, recueil de nouvelles de François Thibaux paru à l’automne dernier. Lisons cette affirmation comme un clin d’œil de cet humour fin que pratique volontiers François Thibaux. Car il est patent que si, depuis 1976, il nous a gâtés de 13 livres, François Thibaux n’a guère attiré l’attention de la « critique » qui a « d’autres poulains plus clinquants à driver » (comme le remarquait dans L’Humanité le seul à l’avoir honorablement chroniqué : Jean Claude Lebrun) et que ses romans et recueils de nouvelles sont parus sans être claironnés par les hauts parleurs du marketing agressif.
Je ne crois pas qu’il s’en émeuve outre mesure. Sa délicatesse doit être à l’abri de ce genre de souci.
Pour moi, François Thibaux est un grand écrivain ; quelqu’un de profondément émouvant, à la fois subtil explorateur de l’humain et sublime funambule sur mots. Sans tapage, il écrit des livres qui ne se referment pas à la dernière page, s’imprimant dans le crâne et sous la peau comme une chanson amère et douce.
Il était donc tout désigné pour bénéficier du prix Loin du marketing qui, n’en doutons pas, va faire exploser les ventes de ses livres.

Gérard Lambert-Ullmann

Bibliographie :

La brève et pitoyable existence de Séraphin Desmouches (Roman), L’athanor, 1976.
La pérégrination de Fernão Mendes Pinto (Roman), Seghers, 1980. Rééditions : L’homme de Malacca, Philippe Picquier, 1991. Le marchand et le saint, Michel Lafon, 2003.
La vallée des vertiges (Roman), J.-C Lattès, 1988. Livre de poche, 1990.
La nuit d’Adrien Laure (Roman), J.-C Lattès, 1990.
Dix jours de brouillard (Nouvelles), Manya, 1990.
Dix jours de brouillard (Pièce radiophonique, mise en ondes de Jean Couturier, France-Culture, 1997.
Le taureau de feu (Roman), Nil, 1995.
Notre-dame des ombres (Roman), Le cherche midi, 1997. Prix Paul-Léautaud, 1997.
Le guerrier nu (Roman), Denoël, 1999. Prix Joseph-Delteil, 2000.
Le chemin d’Alix (Roman), Anne-Carrière, 2002.
Monsieur mon frère (Roman), L’aube, 2006. Réédition : Les Vanneaux, 2012.
Le soleil des vivants (Roman), L’aube, 2008. Réédition : Les Vanneaux, 2012.
Ultime été (Roman), Anne-Carrière, 2009.
Les rois barbares (Nouvelles), Librairie du Labyrinthe, 2016.

Les précédents prix Loin du marketing : Lionel Bourg (2009) Pierre Autin-Grenier (2010) Allain Glykos (2011) Françoise Moreau (2012) Cathie Barreau (2013) Jacques Josse (2014) Valérie Rouzeau (2015) Jean Claude Leroy (2016)